Nombre total de pages vues

mercredi 27 juillet 2016

Calabre - I murales de Diamante


Lundi 11 avril 2016

Nous partons pour la petite ville de Diamante tout à fait dans le nord de la Calabre. Mais d'abord nous faisons un détour par Santa Domenica pour faire un tour au marché. J'y ai acheté une jolie nappe pour la table de mon jardin. Enfin, c'est un raccourci, car d'abord c'est ma soeur qui l'avait achetée et puis elle me l'a revendue car finalement elle trouvait qu'elle n'allait pas très bien sur sa table de jardin.


L'huile d'olive se vend dans des bouteilles de récupération
La particularité de Diamante ce sont ses peintures murales. L'idée est venue du peintre Nani Razzetti qui avait  proposé en 1981 au maire de la commune de revitaliser le centre historique avec des peintures murales.






Les mosaïques de Michele et Angiolina Sposito sur le mur extérieur de l'église racontent l'histoire antique de Calabre jusqu'à la civilisation d'aujourd'hui. Le taureau de Papasidero et les paysans et pêcheurs.

Voici encore quelques autres peintures murales :


















Nous cherchons à nous restaurer, mais nous n'avons trouvé aucun restaurant ouvert dans le village, la saison touristique n'ayant pas encore démarré.
Nous reprenons la voiture et arrivons à Cirella à la recherche d'un restaurant ouvert. 

Arrivées vers 17 heures au restaurant A Cantinella à Cirella nous trouvons la porte close, mais voilà qu'une dame arrive et ouvre la porte. Officiellement le restaurant n'était pas ouvert, mais elle nous a demandé si on s'accommoderait de quelques antipasti. C'est exactement ce qu'on voulait manger, on voulait un petit repas léger, car on avait prévu de manger le soir une pizza à Tropea. Et elle nous a servi ce qu'elle avait de disponible : charcuteries, légumes sott'olio et bien d'autres choses encore. Probablement impressionnée par la faveur qu'elle nous faisait d'ouvrir spécialement pour nous, j'ai oublié de prendre en photo les plats. Mais je me rappelle qu'il y avait entre autres un antipasto à base de cédrat, une spécialité de la région. En plus elle nous a servi gracieusement le dessert : un gâteau et un alcool de la région. Nous avons été ravies de son accueil en dehors des heures d'ouverture du restaurant.

Sur la route de retour il nous est arrivé un pépin avec la voiture de location : le voyant de l'huile s'est mis à clignoter. Il n'y avait pas de bidon d'huile à bord et on a essayé de contacter l'agence de location à l'aéroport, l'ACI, enfin tous les numéros de téléphone que nous avons trouvés dans le contrat, mais personne n'a répondu au téléphone. Les stations d'essence étaient tous fermés, à part les pompes. On m'a toujours dit qu'il ne faut surtout pas continuer la route si le voyant de l'huile s'allume, donc j'immobilise la voiture au parking d'une station d'essence en espérant l'arrivée d'un prince charmant. Mon rêve a été réalisé, voila qu'une vieille voiture cabossée dont les phares ne fonctionnaient pas, s'arrête pour faire le plein. Il fait nuit, je distingue mal le conducteur du véhicule, mais je prends le risque de l'aborder. Trois hommes se trouvent dans la macchina auxquels j'explique mon problème. Hélas, ils n'avaient pas de bidon d'huile, mais ils allaient retourner dans leur village pour en chercher ! "Attendez 10 minutes, on revient".
Et nous avons attendu en espérant qu'ils tiennent parole. Et voilà, on voit arriver une voiture phares éteints, ça ne pouvait être qu'eux ! Équipes de 2 bidons d'huile, d'une lampe de poche et d'un rouleau de sopalin ils se mettent au travail. Ils vérifient le niveau : "ah oui il en manque !" Après avoir ajouté une bonne rasade ils revérifient, il en manque encore un peu. Timidement je leur dis de ne pas en mettre trop, car même si je connais rien à la mécanique je sais que trop d'huile n'est pas bon non plus. "Ne vous inquiétez pas, là c'est bon. Mettez le contact et regardez si le voyant est éteint." En effet le voyant ne s'allume plus. J'ai remercié mille fois (grazie mille) nos princes charmants. Quand j'ai voulu les dédommager ils ont refusé, mais j'ai insisté et je leur ai donné 20 €. Nous reprenons notre route, mais au bout de quelques kilomètres le voyant commence de nouveau à clignoter. Mais j'ai aussi un autre message qui m'indique un certain nombre de kilomètres. Je ne comprends pas trop, mais je n'ai d'autre solution que de continuer notre route jusqu'à Tropea, quand-même assez crispée.

A Tropea nous allons manger au restaurant Il Vecchio Forno, selon notre documentation c'est la meilleure pizzeria de la ville, même notre épicier nous a recommandé cette adresseIl Vecchio Forno date de 1800 et a servi de four à pain. Pendant la deuxième guerre mondiale les habitants portaient leur pain à ce four à bois, mais également  des plats à cuisiner. 
Le Four



Je n'aime pas trop critiquer négativement les restaurants, mais j'ai mangé de meilleures pizzas. Ma soeur et moi étions convaincues que les coeurs d'artichauts et les champignons sortaient d'une boîte de conserves.

Mais il faut absolument que je vous raconte la suite de nos déboires avec la macchina. Le lendemain matin je veux en avoir le coeur net et je vérifie moi-même le niveau d'huile. La jauge me dit qu'il y a beaucoup trop d'huile dans le réservoir. Franco, l'homme d'entretien du site où se trouve notre appartement me demande ce qui se passe et je lui explique ce qui m'était arrivé la veille au soir et que j'avais l'impression que nos princes charmants avaient ajouté beaucoup trop d'huile. Franco a fait le contrôle et a confirmé mes doutes. Il fallait absolument enlever le surplus. Pas assez n'est pas bon, mais trop non plus ! Il m'a pris rendez-vous avec une garagiste du village qui a donc enlevé au moins 1/2 litre d'huile si ce n'est pas plus ! Cela m'a coûté 10 €. Entre temps j'avais lu dans le mode d'emploi de la voiture que si le voyant de l'huile clignote il faut penser à faire la vidange et il indique dans combien de kilomètres... J'aurais mieux fait de lire le mode d'emploi la veille. Cette affaire m'a coûté 30 € pour rien et finalement mes dépanneurs étaient peut-être très serviables, mais pas des princes charmants.

A suivre ...

lundi 25 juillet 2016

Hasselback potatoes - pommes de terre rôties au four

Mon menu du jour : Thon grillé, pommes de terre Hasselback, salade et chutney de pêches. Le tout accompagné d'un petit vin blanc léger. Aujourd'hui nous avions des températures très élevées (34°), donc un repas léger était de mise. Si vous voulez acheter cette jolie assiette en forme de poisson, il faudra aller jusqu'en Grèce pour vous la procurer.

Depuis longtemps j'avais sur ma to do list les pommes de terre Hasselback. Pas parce que j'aime particulièrement les pommes de terre, mais juste parce que j'aime bien la préparation et la présentation  de cette recette. Aujourd'hui je l'ai testée sur mon invité du mercredi avec l'idée de la préparer quand mes petites filles viendront prochainement en vacances chez moi.
Ce qui m'a plu surtout c'est l'astuce pour couper les pommes de terre et j'ai mis à contribution mon invité du jour pour filmer l'opération. C'est bien la première fois que je mette une vidéo faite maison d'une recette sur ce blog. Sur internet j'avais déjà vu des astuces pour couper les pommes de terre, mais celle-ci a ma préférence.

Si vous ne savez pas comment se présentent ces pommes de terre Hasselback, il faut savoir qu'il faut couper les pommes de terre en fines tranches, mais sans les couper entièrement. L'astuce que je vous montre dans ma "très professionnelle" vidéo vous permet de ne pas faire d'erreur, impossible de couper trop loin, les rebords de la cuillère en bois vous en empêchent :
  

La pomme de terre n'est pas coupée entièrement grâce à la cuillère en bois
Pour accommoder ces pommes de terre vous pouvez les arroser juste d'un peu de beurre fondu et les saupoudrer de fleur de sel. J'ai choisi de les préparer avec quelques herbes de mon jardin.

Ingrédients :

Le nombre de pommes de terre nécessaires pour vos convives
Beurre
Huile d'olive
Fleur de sel
Poivre du moulin
Paprika doux
Thym émincé
Romarin émincé
Origan émincé

Préparation :

Préchauffer le four à 180°
Laver les pommes de terre sans les éplucher
Émincer le thym, le romarin et l'origan
Couper les pommes de terre comme montré dans la vidéo
Poser les pommes de terre dans un plat four
Incorporer les herbes émincées entre les tranches des pommes de terre
Saupoudrer de paprika, de fleur de sel et de poivre
Verser un peu d'huile d'olive et de beurre fondu sur les pommes de terre
Enfourner pendant 1 heure.
La recette que j'avais indiquait 45 minutes, mais il fallait pour la taille de mes pommes de terre un petit chouia de plus.

samedi 23 juillet 2016

Ardèche - Antraïgues-sur-Volane


Samedi matin 10 octobre 2015

Aujourd'hui nous visitons Antraïgues-sur-Volane, depuis 1964 le village d'élection de Jean Ferrat. Depuis 1977 il a même été conseiller municipal et adjoint au maire durant deux mandats.

Jean Ferrat, né Jean Tenenbaum, y est enterré aux côtés de son frère André.

Depuis que le chanteur s'y est installé le village est devenu célèbre, mais encore plus quand le village a participé en 2014 au programme télé : "Le village préféré des Français". Des bus entiers de touristes viennent le visiter, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Sur certaines maison des pancartes interdisent de les prendre en photo. Par arrêté municipal la visite guidée de certaines calades par des groupes est interdite. Officiellement pour des raisons de sécurité, mais je pense que c'est plutôt pour assurer la tranquillité des habitants. Et je peux les comprendre, mais alors pourquoi avoir participé à ce programme télé ? C'est la rançon de la gloire.

Je me suis donc promenée seule dans les belles petites rues dont voici quelques images.






La Place du village



Un café sur la place du village

Le fameux terrain de boules où l'artiste aimait jouer avec les gens du village

La Maison de Jean Ferrat

La "Maison de Jean Ferrat" n'est pas véritablement sa maison, mais un petit musée qui raconte la vie du chanteur, où l'on peut écouter ses chansons et où l'on peut découvrir son bureau et sa bibliothèque.

Le bureau et la bibliothèque de Jean Ferrat



A midi nous retournons à l'hôtel pour le déjeuner.


En dessert un gâteau aux chataîgnes.
L'après midi nous avons assisté à un petit spectacle sur la vie de Jean Ferrat à la Ferme Théâtre à Lablachère. A côté du théâtre se trouve une boutique bien achalandée où vous pouvez acheter les spécialités de l'Ardèche.

Bon à savoir : Les camping caristes qui assistent au spectacle du jour pourront bénéficier gratuitement du parking pour la nuit.

jeudi 21 juillet 2016

Batatas ao murro - Pommes de terre coup de poing - recette portugaise

Un drôle de nom pour une recette. Ao murro veut dire : coup de poing. Quand les pommes de terre sont cuites on les écrase avec le poing. Pour les premières j'y suis allée un peu trop fort, les 2 suivantes ont le résultat souhaité. Mais cela ne change rien au goût.

J'ai trouvé plusieurs recettes et j'ai retenu celle-ci :

Ingrédients :

Pommes de terre fondantes
beurre
huile d'olive
fleur de sel
ail émincé

Préparation :

Préchauffer le four à 190°

Laver les pommes de terre sans les éplucher
Cuire les pommes de terre entières à la vapeur
Pendant ce temps mélanger l'huile d'olive avec la fleur de sel et l'ail émincé
Donner un coup de poing à chaque pomme de terre pour les écraser légèrement
Poser les pommes de terre dans un plat four
Couvrir chaque pomme de terre avec un peu de beurre
Verser l'huile sur les pommes de terre et cuire environ 15 minutes au four
Surveiller la cuisson pour éviter que l'ail brûle

On peut également ajouter des herbes à l'huile : romarin, thym

On sert ces pommes de terre avec de la morue ou des sardines grillées. 

mardi 19 juillet 2016

Galice et Portugal - Nazaré




Lundi après-midi 19 octobre 2015 (suite)

D'Óbidos nous partons à Nazaré à 120 km au nord de Lisbonne. Nazaré est un port de pêche et la ville est aussi connue par les véliplanchistes pour ses vagues pouvant atteindre 30 mètres de hauteur.

Les femmes des pêcheurs portent encore souvent le costume traditionnel : sept jupons retenus par un gros nœud ainsi que des chaussettes montant jusqu’au genou. A notre arrivée des femmes en costumes colorés attendent déjà les touristes, sauf qu'elles vendent des fruits secs et des bonbons et non pas du poisson.




Vue sur Nazaré

Église Nossa Senhora da Nazaré

Intérieur de l'église
En nous promenant nous rencontrons cette dame qui vend des souvenirs : serviettes, torchons, tabliers, brodés 'Portugal" ou "Nazaré". Nous avons acheté quelques torchons chez elle. Ça servira toujours.




Les Ponchos de Nazaré

Nous longeons le bord de mer et rencontrons cette femme qui fait sécher le poisson au soleil. Il est indéniable qu'elle ne porte pas le costume traditionnel pour attirer le touriste. S'il n'est pas coloré, c'est qu'elle porte probablement le deuil. Ou peut-être les couleurs vives ne sont portées que par les jeunes femmes.


Elle semble légèrement agacée de la présence de touristes, surtout quand un parmi eux se permet de toucher à ses poissons. 
La journée n'est pas encore terminée. Nous poursuivons notre visite et nous rendons à notre prochaine destination.

A suivre...